Economie : l’année 2016, marquée par un très léger repli du chiffre d’affaires

L’année 2016 aura été marquée par un très léger repli du chiffre d’affaires de -0,1% par rapport à l’année 2015

Les résultats de l’enquête mensuelle de l’USIRF à fin décembre montrent que le chiffre d’affaires de décembre 2016 est supérieur de 6,4 % par rapport à celui de décembre 2015. Avec ce résultat, le chiffre d’affaires cumulé en décembre 2016 est donc inférieur de 0,1 % par rapport à celui cumulé en décembre 2015. Ce chiffre est très légèrement au-dessus de ce que ce qui avait été envisagé à la fin du 3ème trimestre 2016.

Le carnet de commandes à fin décembre 2016 est lui supérieur de 7,4 % par rapport à celui enregistré à fin décembre 2015. Cette évolution est notamment liée à l’intégration dans le carnet de commandes de nouvelles grandes opérations routières.

Les effectifs globaux ont continué de diminuer de 2,9 % au mois de décembre 2016 par rapport au mois de décembre 2015.

Au vu de l’enquête du quatrième trimestre la production d’enrobés aura progressé en 2016 de + 4,3% après trois années de baisse consécutive.

A partir de la valeur constatée des Index TP d’octobre 2016 (TP 01, TP 08, et TP 09) et d’une projection de leur progression d’ici à la fin 2016, l’évolution des coûts en grande partie impactée par l’évolution des produits pétroliers serait négative, de l’ordre de 2%. Aussi l’activité en volume de l’industrie routière pour l’année 2016 devrait être de + 2%.

En 2016, les départements ont continué leur baisse de commandes et diminué encore leurs aides aux communes (-8% estimés). Les communes et les intercommunalités sont encore en recul (-1,5% estimés). Heureusement le secteur privé et les sociétés d’autoroutes ont progressé positivement.

Perspective 2017 : une amélioration très mesurée de l’activité avec sans doute une hausse des coûts de l’ordre de + 2%.

Les perspectives 2017 restent encore incertaines malgré un certain nombre d’éléments encourageants. La situation financière des collectivités locales s’améliore en général, notamment pour celles qui bénéficient  de recettes plus dynamiques – c’est le cas pour des départements qui ont vu le produit de  leurs droits de mutations progresser – ou pour celles qui ont combiné des efforts de gestion et des hausses de fiscalité. La Banque Postale prévoit d’ailleurs une hausse de leurs investissements pour 2017. La question reste néanmoins posée quant aux choix des investissements. Bénéficieront-ils aussi à la route ? Le secteur privé redémarre dans le logement neuf et le non résidentiel. Le premier plan de relance autoroutier dont le montant global est supérieur à 3 milliards d’euros va impacter positivement l’activité des entreprises en 2017. Le second plan de relance autoroutier d’un montant de 800 millions d’euros qui vient d’être signé renforce ces perspectives. Les premiers effets du Grand Paris sur l’activité routière ne sont pas attendus pour 2017 mais pour 2018.

Compte tenu de ces éléments la Profession envisage une amélioration mesurée de l’activité en 2017 : de l’ordre de +2%. En revanche la tendance à la hausse des produits pétroliers constatée au dernier trimestre risque de se poursuivre.

Il faut souhaiter qu’après une année 2016 d’atterrissage, l’année  2017 soit une véritable année de transition.

 

 

Haut de page