Journée d’échange « Mobilités et transitions » – 15 décembre 2016

Comment la politique nationale des transports peut-elle répondre aux enjeux de la société actuelle et entrer dans la transition ?
Jeudi 15 décembre, les acteurs des transports et les territoires ont été invités à une journée d’échanges sur les transports de demain.

Les transports dans la transition énergétique

Les transports sont au cœur du quotidien des citoyens et emblématiques des mutations de la société. Aujourd’hui entrés dans une phase de transition, ils doivent :

  • s’adapter aux changements d’usages et aux nouveaux modèles économiques qui interrogent les équilibres sociaux et concurrentiels actuels ;
  • poursuivre la transition énergétique et l’intégration de nouvelles technologies ;
  • répondre aux nouveaux enjeux en matière de sûreté et garantir le développement et la pérennité du réseau d’infrastructures.

Face à ces changements profonds et rapides, les acteurs et les territoires, du local au mondial, s’adaptent et réagissent, innovent et créent de nouvelles synergies. Comment la politique nationale des transports peut-elle répondre à ces enjeux et relever les défis de demain ?

Le programme de la journée :

9h00 : Ouverture par Alain Vidalies, Secrétaire d’Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche.

9h30 – 10h15 : Transports, territoires et attractivité. Par Philippe Duron, Député et Président de l’AFITF, et Michel Savy, Professeur émérite à l’Université Paris Est.
Vous pouvez choisir d’assister à 2 ateliers parmi les 4 répartis sur la journée.

10h30-12h30 : atelier au choix

Atelier 1  : Nouvelles mobilités et nouveaux services : quels bénéfices pour les usagers et quels impacts pour le secteur des transports ?
Avec la participation d’Yves Lefranc-Morin, Directeur général de Flixbus France, Louis Nègre, Sénateur et Président du GART, Michel Neugnot, Président de la commission Transports de Régions de France, Florence Parly, Directrice générale de SNCF Voyageurs.

Atelier 2 : Comment concilier sûreté, efficacité et fluidité dans les transports ?
Avec la participation de Bruno Gazeau, Président de la FNAUT, Christian Lambert, Préfet et Directeur de la sûreté à la SNCF, Pierre-Antoine Villanova, Directeur général de Corsica Linea, James G. Duncan, Représentant en France de la TSA.

12h30 – 14h00 : Déjeuner

14h – 16h : atelier au choix

Atelier 3 : Services numériques, véhicules autonomes et révolution énergétique : qu’est-ce qui va vraiment changer demain ?
Avec la participation d’Elisabeth Borne, Présidente directrice générale de la RATP, Pierre Calvin, Président de Atec-ITC France, Jean-Louis Missika, Adjoint à la Mairie de Paris, Patrick Oliva, Co-fondateur de PPMC.

Atelier 4 : Infrastructures : faut-il vraiment choisir entre nouveaux projets et entretien de l’existant ? Qui finance ?
Avec la participation de Gilles Carrez, Député et Président de la commission des finances de l’Assemblée Nationale, Roland Ries, Maire de Strasbourg, Jacques Tavernier, Président de l’USIRF, Jürgen Scheller, Conseiller Transports à l’ambassade d’Allemagne.

 

 A cette question, Jacques Tavernier a précisé les éléments suivants (extrait) :« Une politique d’infrastructure responsable est une politique qui permet à la fois de préserver le patrimoine existant par l’entretien et de moderniser le réseau pour répondre aux besoins d’aujourd’hui et de demain. Entretenir et investir vont de pair, même si l’urgence est aujourd’hui à l’existant !- D’abord parce que le maillage routier est quasi achevé, à l’exception de quelques transversales telles la RCEA ou de contournements urbains,- Parce que la route est essentielle car elle supporte la plus grande part des mobilités des personnes et des biens ; c’est une constante en France et dans le monde et les faits sont têtus : 87 % des déplacements de personnes  individuels et collectifs sont faits par la route, 87 % des transports de marchandise également !!- Ensuite parce qu’on assiste à une nouvelle donne pour la mobilité routière qui se manifeste par des innovations qui ne sont pas que techniques :

  • nouveaux services associés et nouveaux comportements de mobilité :  covoiturage, auto-partage, VTC…
  • nouveaux véhicules qui interrogent la forme et la gestion des infrastructures : voiture connectée, véhicule autonome…
  • nouveaux usages des infrastructures routières qui dépassent le cadre de la mobilité : route solaire, rue à énergie positive…

Qui peut imaginer qu’on pourra rentrer dans l’ère des véhicules intelligents  sans s’inquiéter de l’état de nos routes et donc de leur entretien régulier ?

 Nous avons collectivement baissé la garde sur l’entretien du patrimoine routier depuis le Grenelle de l’environnement et cela  se voit : nids de poule, fissures, joints de chaussées. Cela pèse clairement sur la sécurité routière. Les interventions des usagers sont de plus en plus nombreuses. La France a perdu 7 places dans le palmarès du World Economic Forum sur la qualité des routes.

On a laissé se développer une dette grise redoutable qui pourrait exploser à l’issue d’un hiver un peu rigoureux, comme on a pu le constater dans l’Est de la France à la suite de l’hiver 2009-2010.

- Ne laissons pas la route subir ce que le ferroviaire a subi il y a quelques années et dont les conséquences se paient largement aujourd’hui.

16h30 – 17h15  : Synthèse des ateliers.

17h15 : Conclusion par Alain Vidalies, Secrétaire d’Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche.

Haut de page